programme "l'après 21 jours"

Pourquoi et Comment ?


Même si je suis un fervent militant de la sophrologie caycédienne, de la méditation ou de la pleine conscience... nul ne peut ignorer que pour les personnes confrontées à la souffrance ou à certains agents de stress, la pratique de tels techniques s’avère beaucoup plus complexe.

 

En effet, lorsqu’on médite ou que l’on se met en état de pleine conscience, il y a un effort à fournir plus ou moins important, par le fait de désengager l’attention portée à ses propres pensées. Ainsi lorsqu’on vit un moment de stress ou de souffrance aigus, nous sommes confrontés en permanence à des pensées négatives sans avoir forcément l’énergie ni les ressources nécessaires pour parvenir à conscientiser et à prendre le recul nécessaire.

 

Ce n’est pas aussi simple que cela, surtout pour les Occidentaux qui vivent beaucoup dans le mental, à l’inverse des cultures orientales singulièrement bien plus à l’écoute de leur corps. Par l’influence de notre société, nous avons pour la plupart d’entre nous une rééducation à faire pour apprendre à nous désengager de nos pensées dysfonctionnelles et pour ramener notre attention au niveau du corps. Même si cela dit, pour certaines personnes, la pratique de la méditation et/ou de la pleine conscience est assez aisée.

 

Les effets de la pleine conscience ou de la méditation validés par des tests d’imagerie médicale montrent l’activation ou la désactivation de diverses aires précises de notre cerveau. L’objectif de la pleine conscience est d’essayer « de suspendre » la partie du cortex préfrontal, partie du cerveau qui s’active lorsque l’on réfléchit, rationalise et intellectualise au profit des aires sensorielles de notre cerveau et de jouer donc sur sa plasticité dans le cadre d’une pratique quotidienne. Même si les spécialistes évaluent à 30 à 45 minutes par jour le bon niveau de pratique, je ne serais pas aussi affirmatif afin de ne pas démotiver les patients.

 

Voilà pourquoi, cet entrainement n’est pas une pratique si simple à intégrer dans sa vie au quotidien. Il serait dommage qu’ils aient l’impression que cela est peine perdue ou inefficace, et de ne rien faire du tout. Ce n’est pas le but. Ce qui me semble important, c’est que les personnes qui décident de pratiquer parviennent au moins à prendre un rendez-vous avec elles-mêmes tous les jours, même si au début ce n’est que 5 minutes. Mais au moins, durant ces 5 minutes de « présence à soi », la personne est attentive à son état physique et émotionnel.

 

Pourquoi 21 jours ?

 

Maxwell Maltz était chirurgien plastique dans les années 1950 lorsqu'il s'est rendu compte d'une étrange tendance chez ses patients à mettre minimum 21 jours pour s’habituer à leur nouveau corps : "Tous ces phénomènes observés chez la plupart des gens semblent indiquer que l'on a besoin pour s’habituer à leur nouveau corps d'au minimum 21 jours pour faire disparaître une vieille image mentale et en créer une nouvelle" extrait de son livre « Psycho-Cybernetics ». Même si cela n’a absolument aucune valeur scientifique , Maxwell Maltz lui-même ne le revendiquant pas et parlant « d'un minimum de 21 jours », certaines études référentes montreraient plutôt une moyenne de 66 jours. Toutefois, il y a bien une part de vraie dans les observations du docteur M.Maltz chaque jour le témoignage de mes patients à l’appui, montre une véritable prise de conscience naissante au bout 21 jours.

 

Comment se passe le programme ?

 

Tous les jours du 20 avril au 11 mai. Il y aura un thème, une pensée et/ou un exercice de maximum 3 à 5 minutes avec un fil conducteur qui sera modifié et adapté au fur et à mesure des réactions, des commentaires et des questionnements des participants.

 

Et comme la conscience est universelle, les réflexions de pensées seront de tous horizons et sans restriction mentale qu’aucune sorte… fondées sur les notions d'esprit, de matière, de raison, d'humanité et d'individu, qui parfois se combattent ou s'associent… spiritualiste, existentialiste, humaniste, rationaliste, matérialiste… philosophique, psychologique et économique … de la sagesse et tradition, bouddhisme, christianisme, confucianisme, hindouisme, islam, judaïsme, taoïsme …

 

Abordant les domaines du développement personnel, de la famille et de l’activité professionnelle… mais en laissant libre tout un chacun de faire ses propres conclusions dans le respect, l’autonomie et la responsabilité de sa propre conscience.